Généalogie GARGADENNEC-JULIEN

Guillemot de Solages

Guillaume II de Solages dit Guillemot (né vers 1333 - décédé après 10-09-1418) est une figure marquante de la famille DE SOLAGES.

 

Il s'est essentiellement illustré comme homme d'armes et de confiance du comte d'Armagnac ; il réalisa diverses misions pour le roi de France. Son histoire et son parcours sont révélateurs de la puissance de la famille de Solages dans le Rouergue. il contribua par ses faits d'armes et ses services auprès des princes à l'accroissement de la notoriété et de l'influence de cette famille. Mais laissons parler les faits et les évènements marquants de son existence...

 

Le 3 janvier 1386, Guillemot de Solages passe en revue un rôle d'armes à Rodez dans les faubourgs de Sainte-Marthe et Saint-Cyrice ; il est dit commissaire de Bernard d'Armagnac, capitaine-général de la guerre contre les Anglais, en Guyenne et Languedoc (H. de Barrau).

Le 7 juillet 1387, le Comte Jean II d'Armagnac, père de Bernard, l'envoya avec François de Saint-André, écuyer, au secours du comte de Savoie contre le roi de Naples (H de Barrau).

En 1388, il fut avec Messire Menedut de Pauseder, maréchal de la Place, dans un combat en champ-clos qui eut lieu à Rodez.

On voit, en 1392, Guillaume de Solages se qualifier seigneur d'Entraygues, mais ce ne fut, sans doute, qu'en vertu d'une concession temporaire.

La famille de Solages possédait des biens considérables aux environs de Laguiole. Il existe un hommage de 1396 de l'abbé de Bonneval pour la terre et le château de Biac à Guillaume de Solages, seigneur de Solages. La même année, un accord fut conclu entre Guillaume, seigneur de Tholet, et Astorg d'Aurillac, baron de Ténières, au sujet de leurs mutuelles prétentions sur diverses censives (idem).

Il négocia avec Jean de Lapanouse en 1406 la mariage de Bernard d'Armagnac avec Blanche de Bretagne (Annales du Rouergue citées par H de Barrau).

Le 18 avril 1408, il fut donné commission par le roi Charles VI, le duc de Berry, son frère, Bertrand d'Armagnac, comte d'Armagnac, à Guillaume de Solages, maréchal dudit comte, d'aller faire le siège de Champaignargues, Charlus & autres châteaux-forts d'Auvergne à la tête d'un corps de troupes (Titres de la Maison de Solages).

Un acte du 27 août 1409 contient la vente faîte par Jean Cornelly, du château de Peyrusse, à noble et puissant homme, Guillaume de Solages, chevalier, baron de Tholet, Castelnau-Peyralès, etc., des rentes, censives, champars, lods, prélations, justice et autres droits seigneuriaux qu'il avait dans la châtellenie de Belcastel, dans les paroisses de Rignac et Colombiès, déclarant que le tout relève en fief franc de l'abbaye de Bonnecombe. Dès lors Guillaume de Solages se qualifia seigneur de Belcastel.

Le comte d'Armagnac, pour récompenser Guillaume de Solages de ses services, lui fit don, en 1413, de la baronnie de Miramont et des seigneuries de Centrés et de Tayac (Courcelles, art. Solages). Miramont, d'après l'historien Bonal, était une des douze anciennes baronies du pays. On voit parmi les titres de Bonnecombe une transaction en paréage passée le 29 décembre 1417, entre Guillaume de Solages, chevalier, baron de Tholet, seigneur de Miramont, de Centrés , etc., d'une part, et Pierre, abbé de Bonnecombe, sur les justices de quelques fiefs situés dans la paroisse de Frons, et dépendants du château de Miramont et de Centrés. Miramont ne resta dans la maison de Solages que jusque vers la fin du XVe siècle (H. de Barrau).

Il teste le 17 février 1417 devant notaire Boery au château de Gages. Il veut que 500 prêtres assistent à sa sépulture, il donne 500 cannes de drap blanc ou brun pour habiller 500 pauvres, fait don de 15 calices d'or, d'un marc et demi chacun, pour 14 chapelles qu'il a fondées (...), veut qu'il soit dit 30 000 messes pour le repos de son âme (...), fait un don perpétuel au monastère de Bonneval (où se trouvait la sépulture de la maison de Solages) pour tous ceux qui prendront l'habit de moine (...).

Intime du comte Jean II d'Armagnac qui, en 1413, lui fait don de la baronnie de Miramont, des seigneuries de Centre(s), Tayac, Ceyrac, Lacalm, Vines & autres places.

En 1446, nobles hommes Vesian, Guillaume et Bec ou Bégon JORY, seigneurs du Claux, furent exécuteurs testamentaires de Guillaume de Solages, baron de Tholet.



12/10/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres

Design by Kulko et krek : kits graphiques